Efficience personnelle & collective : Cabinet Jérôme Thélohand  
  Le cabinet   Mon approche   Mes convictions   Offre de service   Techniques d'interventions Offre de services Témoignages   Espace Membres   Contact
 
  calligraphie « Ouvre la porte et regarde la montagne » Li Bai - (poète chinois - dynastie Tang)
 
 
>> Choisir un autre témoignage :
 
 
 
 
 
 
 
 

Témoignage de Sifu Didier Beddar

Le Wing Chun est un art martial apparu à la fin du 16ème siècle, et est une synthèse de différents styles (tigre, dragon, serpent, grue blanche).
Il repose sur le concept du Yin Yang, basé sur l’économie et l’efficacité des mouvements pour combattre.

Mais, plus qu’un style de combat, le Wing Chun est un moyen d’accès à la « connaissance  universelle ». Il permet à chacun de découvrir par lui-même la voie qui lui est propre et de franchir une à une les étapes de son devenir.
La spécificité du Wing Chun est d’être un style martial crée dans un univers d’homme, et « porté » par une femme : Yim Wing Chun

C’est parce que le Wing Chun est «  puissance dans le féminin » qu’il détient un grand pouvoir d’adaptation dans la tactique martiale : celui d’engager une action tout en se laissant en permanence la possibilité de changer d‘option ou de direction . Ce « pouvoir d’adaptation » est probablement aussi la raison pour laquelle ce style unique a posé son empreinte en Chine à la fin du 16 ème siècle, et est toujours encore enseigné de nos jours.

Le point commun qu’entretient le Wing Chun avec toutes les disciplines sportives est la nécessité du relâchement dans l’action. En effet, toute personne qui veut obtenir le plus haut niveau dans une discipline doit apprendre à se relâcher. Car, c’est lorsque la masse musculaire est « sans contrainte » qu’elle peut développer le maximum de puissance.

La raison d’être de ce qu’on appelle « Technique » dans une discipline est alors d’obtenir ce relâchement. En effet, la finalité d’une technique est de permettre la réalisation d’une action tout en subissant un minimum de contraintes physiques, afin d’accéder le plus rapidement à l’objectif.

L'utilisation d’une technique apporte un autre bénéfice : en réduisant le « niveau de contraintes » dans le geste, elle garantit une économie maximale dans son développement.
En effet, « lutter contre la contrainte » nécessite une dépense énergétique très importante : Savoir maitriser cette « dépense » est essentiel afin d’obtenir le maximum de lucidité et d’endurance dans l’activité.

Parfaire sa technique revient alors à réduire de plus en plus la force que l’on met dans le geste au fil de sa pratique.

Pour accompagner sa progression, le pratiquant devra, un jour, savoir se « libérer » de la technique elle-même, car celle-ci deviendra alors « l’ultime contrainte » qu’il aura à dépasser.

Cette nouvelle étape dans son parcours lui permettra d’accéder à la liberté : c’est dire la capacité de décider et d’agir sans avoir à penser à sa technique.

Mais, ne plus avoir à penser à sa technique ne signifie pas que l’on puisse s’en passer. Cela signifie, bien au contraire, que l’on ait suffisamment confiance en elle pour pouvoir s’y « reposer » .

Tant que l’on doute de sa technique, on ne peux s’en « libérer ».


Sifu Didier Beddar
2ème génération du style Wing Chun depuis Yip Man


>> en savoir + en visitant le site de Sifu Didier Beddar : cliquez ici

 

 
     
  © Jérôme Thélohand | crédits & mentions légales