Efficience personnelle & collective : Cabinet Jérôme Thélohand  
  Le cabinet   Mon approche   Mes convictions   Offre de service   Techniques d'interventions Offre de services Témoignages   Espace Membres   Contact
 
  calligraphie « Ouvre la porte et regarde la montagne » Li Bai - (poète chinois - dynastie Tang)
 
 
>> Choisir un autre témoignage :
 
 
 
 
 
 
 
 

Témoignage de James de Lavayi, Artiste peintre

Créer, c’est s’appuyer sur 3 choses :
- La technique
- L’empathie
- L’écoute

La technique est essentielle, car elle est la base pour créer. Elle inclut la façon d’utiliser la matière, le maniement du geste et la nature du support où l’idée sera projetée.

L’empathie est l’intéressement à toute chose (nature, matériaux, spiritualité, etc…). L’empathie apporte la connaissance « en profondeur » du sujet qui permet de sublimer la technique.

L’écoute permet d’analyser la demande : si la demande est simple, le travail doit être simple. Si la demande est complexe, le travail doit simplifier.

Créer, c’est permettre à la technique d’aller à l’essentiel. Une création est une synthèse d’images, de couleurs, de sons, de sens et de sentiments qui viennent à la vie et s’ordonnent entre eux par le pouvoir de la technique.

L’empathie et l’écoute doivent « habiter » la technique. Et la technique est le geste qui permet à l’idée de prendre forme. En ce sens, l’empathie et l’écoute sont plus que des qualités complémentaires à la technique, elle sont celles qui permettent d’acquérir un « geste naturel » et de donner une « âme » à son geste.
L’empathie et l’écoute introduisent de la respiration et de l’ouverture dans la technique : elles font rentrer dans le geste le « monde qui nous entoure ».

Créer, ce n’est pas reproduire le sujet, c’est savoir être le sujet pour pouvoir l’exprimer… 

L’empathie et l’écoute permettent de ne pas s’enfermer dans la technique et de ne pas enfermer la technique elle-même.

Lorsque que l’on bloque sur un sujet, c’est parce que l’on a envie de trop bien faire les choses plutôt que de laisser les choses bien se faire. Cela signifie que le peintre s’est préféré à sa création…
L’artiste devra alors laisser le travail « respirer ». En prenant du recul, il cessera d’agir pour « redécouvrir » l’ensemble : le travail pourra alors revenir à l’essentiel, et la création pourra reprendre son cours…


James de Lavayi
Artiste peintre

 

 
     
  © Jérôme Thélohand | crédits & mentions légales