Efficience personnelle & collective : Cabinet Jérôme Thélohand  
  Le cabinet   Mon approche   Mes convictions   Offre de service   Techniques d'interventions Offre de services Témoignages   Espace Membres   Contact
 
  calligraphie « Ouvre la porte et regarde la montagne » Li Bai - (poète chinois - dynastie Tang)
 
 
>> Choisir un autre témoignage :
 
 
 
 
 
 
 
 

Entretien avec Jacques Coleno, Horloger

L'horlogerie passionne car l'horlogerie désire un mouvement perpétuel : éternel. L'horlogerie est un lieu de recherche sur l'infini : elle offre à l'homme une matière lui permettant de « construire le temps » et, peut-être alors, d'agir sur lui.

Un mouvement horloger est composé et animé en fonction de trois paramètres :
1. La force motrice qui crée (initialise) le mouvement.
2. Le rouage qui garantit et démultiplie la force motrice.
3. L'échappement qui régule le « tic-tac » de la montre.

Au départ, ce qui compte en horlogerie, c'est la force motrice qui ne pourra s'obtenir que par un rouage parfaitement « aligné » et huilé. En effet, chaque roue du mouvement est tenue par deux axes (pivots) et ces pivots doivent garantir un « bon jeu » pour permettre une parfaite démultiplication du mouvement. C'est ce « bon jeu » et cette parfaite démultiplication qui garantiront la précision horaire d'une pièce horlogère.

Deux points sont essentiels à avoir à l'esprit lorsque l'on s'intéresse ou étudie l'horlogerie :

1. Une pièce horlogère s'abîme lorsque qu'elle n'est pas en mouvement. C'est dans tous les temps « arrêtés » qu'une pièce s'use. Tant qu'elle est en mouvement, et que le mouvement est juste (alignement du rouage et fluidité du mouvement), une pièce horlogère vit, et même se « recharge » (si le mouvement est automatique). A chaque fois qu'une montre s'arrête et redémarre, elle repart du point « 0 ». Cela exige alors d'elle une force qui impose au mouvement des pressions extrêmement fortes, préjudiciables à l'intégrité de chaque pièce tout autant qu'à celles de l'ensemble de la complication (assemblage).

2. Chaque pièce du mouvement qui compose une pièce horlogère doit être dessinée et conçue avec une précision au 1/10, voire micron, mais l'assemblage de ces différentes pièces doit savoir intégrer un certain jeu, et donc une certaine amplitude dans sa construction et sa dynamique pour permettre son mouvement. Mais amplitude ne signifie pas approximation : cette dose d'imprécision que l'on appelle « ébat ou égalité de jeu » est décidée et doit être maîtrisée : c'est de cette compétence dont dépendront l'existence, la précision et la pérennité d'un mouvement horloger.

Cet ébat produira l'espace qui permettra le mouvement. S'il n'y a pas de jeu dans l'assemblage des différentes pièces de la montre ou que ce jeu n'est pas suffisant, celles-ci ne pourront pas se mouvoir et la montre restera à l'arrêt. Cet ébat permettra à la montre d'être précise dans les informations qu'elle produit. Si le jeu est trop grand, la montre « devancera » le temps. Si le jeu n'est pas suffisant, la montre sera freinée et prendra du retard, voire s'arrêtera. Un respect des ébats garantira une bonne marche, et donc une précision sur une semaine.

Cette « égalité de jeu » offre donc à l'assemblage l'imprécision dont la pièce horlogère a besoin pour fonctionner avec précision. Sans ce jeu, l'assemblage sera parfait (dans sa construction) mais incapable du moindre mouvement.

Prévoir et définir ce « paradoxe apparent » à l'assemblage garantit à une pièce horlogère sa précision et sa vitalité sur plusieurs générations.

Jacques Coleno a étudié à l'école technique de Brassus, dans le canton de Vaud, auprès du maître Horloger Gerald Genta. La spécialité de Jacques Coleno, lors de sa formation à l'école technique, est l'étude des quantièmes, dit perpétuels.

Le fonctionnement du quantième, dit perpétuel, permet à une montre d'afficher l'heure, la date, le mois, la phase lunaire et l'année bissextile. Cette montre mécanique peut être « programmée » selon ces paramètres jusqu'à plus de cinquante ans en avance pour délivrer ces différentes informations le bon jour à la bonne heure, à la bonne seconde.
Cette montre est dite « intelligente », car se corrige seule, sans intervention de l'homme, uniquement grâce à la qualité de sa « construction programmée ». Il peut falloir jusqu'à vingt-cinq personnes travaillant de concert sur le parcours complet d'un mouvement pour que ce type de « garde temps » prenne vie.

Jacques Coleno
Horloger

 

 
     
  © Jérôme Thélohand | crédits & mentions légales