Efficience personnelle & collective : Cabinet Jérôme Thélohand  
  Le cabinet   Mon approche   Mes convictions   Offre de service   Techniques d'interventions Offre de services Témoignages   Espace Membres   Contact
 
  calligraphie « Ouvre la porte et regarde la montagne » Li Bai - (poète chinois - dynastie Tang)
 
 
>> Choisir un autre témoignage :
 
  Le Hagakure, « L'art du samouraï »
 
 
 
 
 
 
 

La meilleure voie pour administrer une vraie remontrance

Réprimander les autres pour les aider à corriger leurs défauts est important. Cela va de pair avec un cœur empli de compassion ; c'est aussi le premier point d'une vie de service.

Mais en ce qui concerne la réprimande ou le conseil, on doit se donner beaucoup de peine. Il est facile de trouver de bons et mauvais points chez les autres, et il n'est pas très difficile d'en parler à la personne concernée.

La plupart des gens ne pensent pas à dire aux gens des choses qu'ils n'aiment pas entendre, ou qui sont difficiles à dire. Même s'ils y font mention, si leur conseil ou réprimande n'est pas accepté, ils estiment qu'ils ne peuvent rien y faire. Mais cette sorte de réprimande est absolument inutile. Cela n'apporte que la honte sur l'autre personne, comme si l'on disait du mal d'elle dans son dos.

Cela montre qu'on a parlé uniquement dans le but de soulager. Si l'on veut véritablement réprimander quelqu'un, on doit déterminer soigneusement si la personne est prête, ou pas, à accepter le conseil.

Ensuite, on doit s'assurer que l'on est en termes suffisamment intimes avec l'autre personne et qu'on a gagné sa confiance depuis un certain temps.

Puis, on doit aborder la question sous un angle que la personne acceptera, et bien réfléchir à l'avance à sa manière de parler.

On doit aussi prendre soin de choisir l'occasion pour faire cette réprimande, comme d'écrire une lettre ou demander congé.

On doit commencer par parler de ses propres erreurs ou fautes, et organiser la conversation de telle sorte que la personne se souvienne de la question que vous souhaitez évoquer sans que vous ayez besoin d'en parler.

On peut aussi commencer en louant quelque chose que la personne a fait, et la mettre ainsi dans de bonnes dispositions. De cette manière, la personne pourra être induite à accepter son conseil, comme s'il s'agissait de boire un verre pour étancher sa soif. C'est la réprimande véritable qui peut conduire les gens à vraiment s'efforcer de corriger leurs fautes…

Quand plusieurs collègues ont établi une relation étroite dans le temps et sont capables de corriger les fautes les uns des autres, ils peuvent unir leurs esprits pour travailler ensemble au service de leur seigneur. C'est le vrai service, l'esprit véritable de la grande Compassion. D'un autre coté, quand on humilie les gens par des critiques qui manquent de tact, comment peuvent-ils corriger leurs fautes ?

Yamamoto Tsunetomo

 
     
  © Jérôme Thélohand | crédits & mentions légales